En Algérie, les milieux naturels ont subi ces dernières décennies une dégradation sévère, liée notamment à l’importante croissance démographique et aux diverses activités anthropiques. Parmi ces milieux menacés, on compte le Parc National du d’El Kala (PNEK), dont les zones humides sont inscrites sur la liste Ramsar et figurent sur la liste des réserves de biosphère à l’UNESCCO et qui malgré la protection dont il fait l’objet, voit les dégradations de sa biodiversité perdurer. Le programme de Gouvernance Environnementale et Biodiversité (GENBI), porté par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, tente d’inverser cette tendance.

L’objectif de la présente étude est d’une part de mettre en lumière la valeur économique des écosystèmes de la zone lacustre du Parc National d’El Kala et leur contribution à l’économie locale, régionale et nationale et, d’autre part, d’évaluer les bénéfices de la protection offerte par le PNEK.

Cette étude doit permettre de sensibiliser les usagers et convaincre les décideurs de soutenir la gestion du PNEK, afin de concilier le développement des activités socioéconomiques avec la conservation de la biodiversité et des services écosystémiques. La promotion de la valeur du PNEK devrait par ailleurs contribuer à renforcer la conservation et la gestion durable des ressources naturelles et patrimoniales dans d’autres aires protégées algériennes.

Résultats du projet

Mission en cours

Expert référent

Maïlys Horiot, Consultante-chercheure

Commanditaire : GIZ GmbH

Date : 2016-2017