Avec 20kg de déchets alimentaires par an et par personne en France[1] et un coût annuel pour les consommateurs français estimé entre 4 et 10 milliards d’euros[2], la lutte contre le gaspillage alimentaire constitue un enjeu majeur et un levier d’action important dans le cadre de la transition écologique et énergétique. L’ADEME cherche ainsi à estimer les conséquences économiques, sociales et environnementales d’une réduction de moitié du gaspillage alimentaire en France.

Vertigo Lab a été missionné pour conduire une évaluation ex ante des actions de réduction du gaspillage alimentaire afin d’en identifier les principaux effets et d’en déduire sur quel(s) maillon(s) de la chaîne alimentaire concentrer les efforts de réduction en fonction des objectifs du gouvernement.

L’évaluation proposée dans cette étude s’appuie sur un modèle d’équilibre général calculable (MAGNET), développé par l’institut de recherche LEI Wageningen, qui évalue les impacts socioéconomiques de la politique en se focalisant sur les coûts et bénéfices privés supposés par la réduction du gaspillage. L’étude propose, à travers la réalisation de sept scénarios de réduction du gaspillage alimentaire, d’évaluer les impacts que l’on peut attendre de cette réduction à l’horizon 2025. Il s’agit de la première étude française s’attachant à mesurer ces impacts de façon prospective.

[1] Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, 2016. La lutte contre le gaspillage alimentaire. http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-lutte-contre-le-gaspillage.html

[2] ADEME, 2015. Alléger l’empreinte environnementale de la consommation des Français en 2030 – Vers une évolution profonde des modes de production et de consommation. p.116.

Résultats du projet

Les impacts de la réduction du gaspillage alimentaire en France sont presque toujours positifs. Pour la plupart des scénarios, cette réduction impliquerait une amélioration des indicateurs socio-économiques et environnementaux. Une réduction de 50% du gaspillage à chacun des stades de la chaîne entraînerait par exemple une augmentation du PIB de 2,4 à 12,1 Mds EUR.

Contact

Maïlys Horiot, Consultante-chercheure

Jean-Christophe Martin, Docteur en économie

Expert associé

Edward Smeets, du LEI Wageningen

Commanditaire : ADEME

Date : 2016-2017