La Planèze de Saint-Flour, vaste plateau basaltique, est une des grandes entités remarquables du département du Cantal, située au sein de Saint-Flour Communauté. L’objet de cette étude, la Narse de Nouvialle, plus grande zone humide de la Planèze, est un ensemble de prairies humides et marécageuses d’une superficie de 397 hectares et d’une altitude de 1150 mètres, qui s’étend sur 3 communes : Roffiac, Valuéjols et Tanavelle. Elle présente de nombreux intérêts, en termes patrimoniaux, mais aussi fonctionnels, paysagers, géologiques et pédagogiques.

Cette étude a pour but d’évaluer les services et les bénéfices que les écosystèmes de la Narse de Nouvialle procure d’un point de vue socio-économique. L’objectif est de renforcer la préservation des écosystèmes tout en encourageant une gestion durable des ressources naturelles, bénéficiant aux communautés locales.

Résultats du projet

L’approche par les services écosystémiques a été utilisée afin de décrire, quantifier, voire monétariser le bien-être procuré par la nature aux humains. L’évaluation socio-économique de ces services permet de lier les écosystèmes naturels à leurs fonctions écologiques et aux activités humaines qui en dépendent. La valeur économique de l’échantillon de services écosystémiques de la Narse de Nouvialle est estimée à 1,9 millions d’euros par an. La Narse de Nouvialle étant un site naturel très valorisé, les services culturels représentent 38% de la valeur économique totale des services, le service lié au tourisme étant prédominant. Les services de régulation quant à eux, représentent 30% du total, dont 27% expliqués par le service de régulation des inondations, le service de support de biodiversité représente 26% et la valeur des services d’approvisionnement atteint les 7%. En rapportant cette valeur économique à l’unité de surface, la valeur des écosystèmes de la Narse de Nouvialle est estimée à près de 5 000 euros par hectare et par an.

L’approche prospective offre un moyen d’extraire la valeur des bénéfices socio-économiques attribuables à une politique de protection ou un choix de gestion. Un scenario à 2050 a été étudié. Ce scenario envisage la mise en place de mesures de protection renforcées sur la narse. Les bénéfices de la protection de la narse par rapport à un scenario de référence sont estimés à plus de 5 millions d’euros euros, la contribution la plus importante concernant le tourisme à 51%. Rapportés à l’unité de surface, les bénéfices économiques de la protection de la Narse de Nouvialle sont d’environ 13 000 euros par hectare d’écosystème, soit 415 euros par hectare et par an.

La forte contribution de la future protection au maintien des services culturels et de support met en lumière l’intérêt et la nécessité de protéger la Narse de Nouvialle. Au-delà de la protection des écosystèmes naturels, la gestion associée à ce classement devrait garantir la provision durable des services de régulation et d’approvisionnement et permettre une meilleure adaptation au changement climatique.

Un dernier scenario d’exploitation industrielle du site a été étudié et a permis d’estimer la perte de valeur ajoutée induite. En comparant les résultats obtenus sur les trois scenarii étudiés, on remarque cette forte diminution, de l’ordre de plus de 30% de la valeur des services écosystémiques entre un scenario de forte de protection et un scenario d’exploitation. Dit autrement, une exploitation industrielle sur la Narse de Nouvialle entrainerait la perte de plus d’un tiers des services écosystémiques sur le site par rapport à un scenario de forte protection de la zone.

Contact

Clémentine Anglada, Consultante-Chercheure (clementineanglada@vertigolab.eu)

Commanditaire : Saint-Flour Communauté

Date : 2019